mercredi 05 avril 2017

Evènement de lancement microlux

Au Luxembourg aussi, la microfinance a du sens!

Le mercredi 5 avril 2017, les actionnaires de microlux, BGL BNP Paribas, l’ADA (Appui au Développement Autonome) et l’ADIE (Association pour le droit à l’initiative économique) et son partenaire le FEI (Fonds européen d’investissement), avaient l’honneur d’inviter au lancement officiel de la 1ère institution active en microfinance au Luxembourg. Le président du Comité de direction de BGL BNP Paribas, Carlo Thill et le président du Conseil d’administration de microlux, Rémy Jacob, ont accueilli un public nombreux. Des personnalités nationales et européennes ont assisté à cet évènement symbolique pour le Luxembourg parmi lesquelles il faut relever tout particulièrement la présence de Son Altesse Royale la Grande-Duchesse, les Ministres Corinne Cahen et Nicolas Schmit, le Vice-Président de la Banque européenne d’investissement (BEI) Pim van Ballekom et le Directeur Général Adjoint du Fonds européen d’investissement (FEI) Roger Havenith.

En introduction Son Altesse Royale la Grande-Duchesse a précisé que « la création de la première institution de microfinance est une étape importante pour l’économie luxembourgeoise. C’est aussi un grand moment pour celles et ceux qui, comme moi, ont toujours été convaincus que les microcrédits constituent l’un des instruments les plus efficaces pour combattre la pauvreté et l’exclusion sociale, y compris au Luxembourg. La microfinance a toute sa place au Luxembourg, en donnant la chance à chacun, qu’il soit pauvre, marginal ou exclu du système bancaire, afin de réaliser une initiative économique. »

A l’occasion du lancement officiel, microlux et le FEI ont signé un accord de garantie en matière de micro-financement, au titre du programme de l’Union Européenne pour l’emploi et l’innovation sociale (EaSI - EU programme for Employment and Social Innovation), permettant le remboursement des microcrédits impayés jusqu’à un certain pourcentage.

Au Luxembourg aussi la microfinance a du sens !

Le Luxembourg qui aujourd’hui est la première place en termes de volume pour les fonds d’investissement en microfinance, fait face également sur son marché domestique à des besoins en microfinance dû à un accroissement des inégalités sociales et des difficultés d’accès au crédit bancaire traditionnel. François Bourguignon, ancien vice-président de la Banque mondiale et professeur à la Paris School of Economics a expliqué la croissance des inégalités sociales au cours des dernières années en Europe et au Luxembourg. « Les effets néfastes sur le fonctionnement de l’économie et de la cohésion sociale amèneront un bouleversement des modèles démocratiques tels que nous les connaissons aujourd’hui. », a expliqué Bourguignon.

Maria Nowak, présidente-fondatrice de l’ADIE et grande spécialiste du microcrédit en France et en Europe, a présenté les possibilités que l’accès à la microfinance offre face à ces inégalités. «Je me dis que la possibilité de transformer le réel de tout le monde reste limitée pour les plus pauvres. Ils peuvent, en revanche, prendre en main leur propre destin.»