Entretien avec Flavia

Femme souriante

Forte d’une longue carrière à la Banque européenne d’investissement, Flavia a choisi, dès sa retraite, de partager son expérience et son savoir-faire avec les entrepreneurs en devenir. Engagée chez microlux depuis début 2023 en tant que bénévole, Flavia a accompagné une quinzaine de porteurs de projets. Elle nous parle, dans cet entretien, de ses motivations, de son parcours et des conseils qu’elle offre aux entrepreneurs qu’elle accompagne avec empathie et bienveillance. Découvrez son témoignage qui reflète parfaitement les valeurs de solidarité et d’engagement de microlux.

Bonjour Flavia,

Qu’est- ce qui t’a motivée à t’engager auprès de microlux ?

Je m’étais toujours promis, à mon départ à la retraite, de mettre à disposition de qui pouvait en avoir besoin l’expérience acquise au fil des années. Je connaissais bien l’existence de microlux dont un des fondateurs, Rémy Jacob, était un collègue et j’ai été d’emblée convaincue par ses objectifs. C’est ainsi que j’ai proposé de m’engager aux côtés de ses équipes.

Quel est ton parcours professionnel ?

Je suis économiste de formation et mis à part un bref passage au Fonds Monétaire International, j’ai fait tout mon parcours professionnel à la Banque européenne d’investissement où les dix dernières années, j’étais directeur des financements dans les pays émergents.

Tu es bénévole auprès de microlux depuis combien de temps ?

J’ai commencé début 2023, quand j’ai pris ma retraite.

Quelles sont tes missions au sein de microlux ?

De même que les autres bénévoles, j’accompagne les entrepreneurs qui souhaitent développer un projet et approchent microlux pour un financement. Ces entrepreneurs maîtrisent les connaissances techniques liées à leur activité, mais ils ne savent pas toujours comment traduire leurs idées en un investissement concret, quelles démarches entreprendre, comment estimer les coûts d’établissement, prévoir l’évolution des revenus et des dépenses etc. Je les aide à analyser ces éléments et à mettre leur projet en forme.

Et, si au cours de cet exercice nous nous rendons compte que leur idée initiale n’est pas financièrement viable, j’examine avec eux les alternatives possibles et j’essaye de leur suggérer d’autres pistes à explorer.

credit photo : Tania Alamilla

Quelles expériences tirerais-tu de ce rôle ?

Je suis admirative devant le courage de ces hommes et de ces femmes déterminés à améliorer leur condition et qui décident de se lancer dans le monde de l’entrepreneuriat dont souvent ils n’ont aucune ou pas d’expérience.

Par surcroît, ils s’y lancent dans un pays qui, pour beaucoup d’entre eux, est un pays d’accueil qu’ils ne connaissent pas encore bien et dont ils ne maîtrisent pas toujours la langue. Nous avons tous un jour besoin d’un coup de main et je suis contente d’être là pour leur donner le mien et apporter ma petite pierre à la réalisation de leur projet.

Si tu devais définir microlux en un mot, ce serait lequel ?

Solidarité.

Quels conseils donnerais-tu à un entrepreneur ?

Poursuivez votre rêve, mais soyez réalistes, commencez par de petits pas sans trop vous engager financièrement et ne brûlez pas les étapes. Dans n’importe quel domaine, les débuts sont difficiles et l’entrepreneuriat n’échappe pas à la règle. Commencer lentement et prudemment permet de minimiser les pertes éventuelles et de rectifier plus vite le tir. Et si finalement votre projet progresse plus rapidement que prévu, c’est merveilleux !

Un grand merci Flavia !

Plus de témoignages de bénévoles

lire tous les articles

Suivez les activités de microlux

en vous inscrivant à notre newsletter !